Dicton du jour : "Parce que manger des contre-façons, c'est encore pire que sucer du toc." (Moi - Critique Culinaire Ultra Pointue)

lundi 25 juin 2012

mercredi 16 mai 2012

Au sens strict du t'aime.




La fille, elle arrive plus à rien. Elle a comme tout cassé sa santé physique.
Pour sauver sa santé mentale.
C'est comme ça.
Elle est toute immobile, depuis des mois, les mains trop lourdes, crispées. Elle les tend même plus. Trop lourdes, j'te dis.
Elle est toute immobile, depuis des mois, la tête trop douloureuse, avec son artère déformée, fragilisée mais qu'on ne peut pas réparer.
Et ce sang merdeux. Pas assez de rouge, trop de blanc. Tout fout le camp.

La fille, elle tient mal debout, au sens strict du terme.

Roulée en boule, elle se tient loin d'eux, elle se tient loin de toi.
Elle en voit pas la fin, du cercle vicieux de ces putes entremêlées.

Mais la fille elle continue d'avoir beaucoup moins peur de mourir que de retomber dans la vraie folie.
Celle qui a fait que la fille, elle a passé ces dernières années, celles où elle avait disparu, à se balancer de gros coups de masse dans tout ce qu'elle avait de tordu, de mauvais, de dangereux en dedans.
Elle a brisé, rééduqué, redressé 80% de ce qu'ils appelaient "maladie mentale".
Ça fait un bail qu'elle ne voit plus ces choses hideuses qui n'existent pas.
Ça fait un moment qu'elle n'entend plus les voix mortes lui hurler dans la tête.
On ne l'enferme plus dans les endroits où personne ne veut foutre un pied.
Elle a arrêté de trouver normal de prendre un couteau pour se découper le tour du visage.
Pour l'arracher.
Parce que y'avait, forcément, quelque chose d'autre, sous ce qui, forcément, n'était pas elle.
Elle ne traine plus son passé comme un boulet crasseux.

La fille, elle ne déchire plus, à la lame, le ventre des autres. Au sens strict du terme.

Elle a réussi.
Elle n'est presque plus un monstre.

Mais elle n'arrive plus à rien.
Elle est toute immobile, depuis des mois, épuisée, les mains et les yeux qui coulent vers le sol.
Elle est toute immobile, depuis des mois, la tête en mal menaçant, à espérer n'avoir pas trop forcé sa guerre, toutes ces putains d'années.
Ce serait vraiment con, maintenant qu'elle marche presque droit, de ne pas avoir le temps d'en profiter. De cette presque normalité.
Elle se dit que ce serait vraiment trop con, maintenant, de trop vite crever.

La fille elle veut avoir le temps d' à nouveau tenir debout.

Parce qu'il y a eux, parce qu'il y a toi...
Au sens strict du t'aime.


lundi 14 mai 2012

C'est moi la blogueuse mode.

Voire la première, même.
Oué, mec.
Depuis tout début 2005.
T'avais même pas ouvert le tien.
De blog mode.

Preuves en images photographisques. Je te montre:

jeudi 10 mai 2012

Coloc', il a Jennifer Lopez dans son cul (Rediff')(Parce que j'ai tout pas enregistré ma nouvelle note de ce matin)

Tu te doutes que plus de trois ans de baston neuro-psychiatrique, ça laisse des traces.
Je ne te parle pas là de douleurs, d’épuisement, de trouille etc etc.
Nonon.
Il serait temps que tu apprennes le sens des priorités vitales, hein.
À quoi ça sert, sinon, que je me fende l’énergie à te péter régulièrement le moral en douze avec mes billets dits “sérieux” censés te montrer un bout du morceau du chose ?
Réfléchis, putain ! ... Non je ne t’appelle pas “putain”. Je sais que j’ai le vocabulaire fleuri d’un champion Savoyard de lancé de tronc d’arbre et d’avalage, au mètre, de poire (L’alcool qui te fait exploser l’émail des dents, pas le fruit)  mais quand même ...
Vas-y concentre toi. Trois ans de gobage de médocs anti tout, anti-anxiété-sa-mère-j’respire-plus, anti dépression-gravassioneuses, anti-psych-oh-c’est-marrant-j’vois-et-j’entends-des-gens-qu’existent-pas et anti-crise-de-violence-tiens-et-si-je-me/te-passais-la-tête-à-travers-la-vitre, ajoutés à des mois de dépense de calories pas loin d’égaler celle de la moule dans le coma, c’est à dire à regarder dans le vide en bavant, avec pour seule autre activité le fait de te nourrir exclusivement d’aliments 100% lipidiques, ça donne quoi d’après toi ?

Ben ça donne que tu montes sur ta balance depuis des mois en hurlant que cette pute est une mythomane de première et qu’il est totalement impossible que tu aies ces six kilos en trop qu’elle t’annonce sur son écran con.
Ta mauvaise foi occulte, elle, les faits suivants :
- Tu ne rentres plus dans tes fringues de pétasse depuis autant de temps.
- Tu t’en sors pas trop mal, vu que la moyenne des gens dans ton presque cas en aurait pris plus de vingt, des kilos.
- Tu jures de te foutre au régime sec depuis plus de huit mois, parce qu’en plus, le gras, c’est pas bon pour le reste de ta santé. Et, bien sûr, tu ne le fais pas.

Bref ... Le peu de lucidité restant dans ton esprit s’évapore.
Cette salope ment, c’est tout. Tu la jettes. Et tu cours t’acheter (Entendre par là : Tu envoies Coloc’) un pèse-personne ultra sophisticos de sa race, aussi appelé “Impédancemètre”.
Oui.
Du genre qui, quand tu rentres ta taille, ton âge, ton sexe, ton niveau de sportivité et la bio de Sandra Bullock, te donne ton pourcentage d’eau et de graisse.
Si.
Tu es quelque peu névrotique, donc tu lis bien tout le petit guide de ta nouvelle amie (La balance, pas Sandra Bullock) pour bien imprimer dans ton obsessionalité que le taux de graisse normal se situerait, pour toi, entre 21 et 29 %, que quand ça affiche entre 30 et 33 c’est moyen mais pas top et qu’au dessus, c’est carrément le démon.
Tu sautes gaillardement sur l’engin forte de ton utopie hallucinée et le verdict tombe.
31.
31 % de gras-du-cul .
Impossible.
Par acquis de conscience, tu fais monter Coloc’ dessus qui, certes grand et mince, se nourrit aussi diététiquement que toi, voir plus. Juste pour vérifier qu'elle surdose, la chienne.
C’est là, que ta vie bascule dans le X-Filiage le plus total.
4 %.
Tu re-programmes la chose et tu fais remonter le bonhomme, hilare, dessus.
4 %.
De gras-d’où, du coup ?
Tu respires profondément, tu te calmes, et tu réagis comme une personne adulte  saine d’esprit :
Tu colles des coups de pied à Monsieur 4 %, tu te mets à galoper hystériquement dans le couloir, les bras au ciel, en insultant la terre entière et en jurant “que puisque c’est comme ça, il me reste qu’à mourir, voilà !”.

Tu as donc, maintenant, le vrai sens des priorités de la vie.

Tu le savais que l’enfoiré peut manger de la végétaline pendant des semaines sans prendre un gramme. Tu avais même cru avoir trouvé la réponse à ce phénomène. Il n’a pas d’estomac. Il a l’œsophage directement relié au petit intestin. Ce qui explique cet étrange don et surtout le fait que Coloc’, ben il fait super beaucoup caca.
Mais la médecine t’a assuré que “Non ça c’est pas possible, Folie. Et tiens, reprends un cachet”.

Alors tu te concentres. Et l’illumination explicative ultime te saute à ta gueule, pas nettement le premier coup, mais une approche.
Il a le ver solitaire.
Tu lui hurles : “Hey, viens voir !”
Coloc, nature zenifiée innée, arrive. Avec le sourire. L’enculé.
Toi : “Pose le pied sur la chaise, là. Et tousse !”
Lui, grand habitué des étrangetés de toi : “Heu ... ok!”
Toi, lui mattant l’arrière train : “Rien qui sort. Ok attends attends !”
Tu files à la cuisine et reviens.
“Ayé ! Recommence ! Tousse !”
Coloc’, début d’inquiétude : “... Folie ? ... Pourrais-tu, s’il te plait, m’expliquer, sans te commander hein, pourquoi tu me secoues un lardon entre les jambes là ?”
Toi, logique : “Ben pour attirer et faire sortir ton ver solitaire tiens ! Ça aime le porc cru ces bestioles !”
Lui, calme : “Admettons que cette scène ne soit pas une totale hérésie et que ta théorie soit autre chose que profondément débile.... Il sort comment le ver ? Je suis en caleçon !”
Toi, mathématicienne : “Il est pas con, il glisse le long d’la jambe !”
Lui : “Tu sais ... Comment dire ... Je suis pas sûr qu’il s’agisse d’un ver soli....”
Toi, prix nobel de réflexion : “Oué... Je crois que t’as raison. C’est pas un truc solitaire. C’est pire que ça ... Bouge pas !”

Tu reviens avec ton chien le plus grassouille, la femelle (Pas de commentaire) et tu la secoues entre les genoux du grand mince.
Lui : “Putain mais merde ! Tu fous quoi là ?”
Toi, en pleine John Nashisation : “T’as pas tort ! C’est pas un ver ! 4% de gras, c’est forcément un anaconda.”
Coloc’ : “... ?”
Toi, braillante : “ JE TE DIS QUE T’AS UN ANACONDA GÉANT DANS LE BIDE PUTAIN ! DONC JE L’APPÂTE ! IL SORT J’LE NIQUE ET PAF T’ES GROS !”
Désespéré sur pattes : “ ... Un quoi ?”
Toi, secouant toujours ta chienne :  “MERDE T’AS ANACONDA DANS TON CUL ! ...ET IL VEUT PAS SORTIR !”
Désespéré, mais en pire : “Tu veux parler du monstre du film merdique là ? Que Jennifer Lopez, elle se bat contre et que lui, il la suit partout pour la tuer ?”

Ton illumination se nettifie d’un coup.
C’est donc ça.
Le reptile con refuse de se laisser avoir par ton redoutable piège militaire parce qu’il est occupé.

Parce que, dans le cul de Coloc’, c’est une certitude, il y a aussi Jennifer Lopez. Indéniablement.

Et le serpent crétin, t’as vu le film, il a pour seul but de bouffer cette mondialement chieuse princesse latina.
Ce bête animal à sang froid, il la suit à la trace, la chiquita.
Partout.
Tu mets deux secondes trois dixièmes pour prendre ta décision.
Tu chopes ton sac.

Coloc’, abandonnant tout espoir : “euh ... là tu fais quoi ?”
Toi, solennelle : “Bouge surtout, surtout pas, j’en ai pas pour longtemps. J’vais te sauver la vie...”
Lui : “Mais encore ?”

Toi, héroïque : “.... Je vais acheter des tacos ...”

mercredi 9 mai 2012

Bientôt.




Depuis des mois je rampe plus que j'avance.
Je suis la conne à l'Épée. L'épée des Drames-au-Clès.

Certains sont trop loin.
Certes... un est trop loin.

Quitte à être sur les genoux, j'aimerais l'être sur mes bras dressés, tendus, hanches offertes et tête renversée.
Quitte à être sur les genoux, j'aimerais l'être la bouche pleine de toi.
 
Je le compte en semaines le temps qui m'éloigne d'un retour à la liberté d'un état supportable.
Je les compte en siècles ces semaines-et-quelques-heures avant ce quai de gare avec toi qui attends.

En attendant je ressemble plus à un pitbull mauvais, violent et boiteux qu'à cette tarte de fée Mélusine.

Pourtant j'ai tellement plein d'idées pour bloguer crétin.
Du rire de pas-qualité mais je m'en branle.
On n'est pas dans un livre ici.
Passer ce temps.

Pourtant j'ai plein d'idées de rires, de silences et de mots.
À te dire, à toi.

Te crier: "Prends-moi". Comme dans un film très mauvais.

Te souffler: "Prends-moi... Et ne me rends jamais."


PS: J'ai fini par fermer les comms sur ce post pour éviter le flot de queutards un poil trop expansifs et quelques, juste deux ou trois, des inconnues d'ailleurs, coincées du cul qui criaient au "porno".

mercredi 2 mai 2012

Nouvelle note.


"Fa."


(Demain, on apprend le Mi)

(Même pas honte)


PS: Je ferme les commentaires hein...

dimanche 22 avril 2012

Évanouis-moi. (Juste je l'ai déplacée, cette note)




Tu sais, elle, je la connais bien. Elle ne dira pas. Elle scelle sa mâchoire toujours comme ça.

À moi elle raconte qu'elle le fait toujours ce rêve étrange, celui de l'homme doux, sculpté granit, ce rêve de l'homme, ce rêve pénétrant.
Elle me dit tout comment il est et comment il est tout. Et comment elle a peur qu'il disparaisse d'un coup d'un seul, en bulle de fumée. Qu'il la laisse, éveillée, vide de rien, comme ça.
Elle me souffle qu'elle sait qu'il n'est pas réel mais que c'est tout comme. Que depuis qu'elle le croise, lui, l'onirique, elle avance comme dans le vide sans perdre l'équilibre, même si il la renverse, même si il la saccade, parce qu'elle ne le quitte plus des yeux. Elle le quitte plus des yeux son point d'horizon, alors elle s'en fout de courir à l'envers.

Elle fait comme si elle se foutait du besoin catégorique qu'elle a de lui, désir presque malade, son corps-envie. En vie. Elle lui cache qu'il est le premier à le lui coller, comme ça, net et définitif, le sang dessus-dessous, à lui faire dire "évanouis-moi". Elle tait les mots qu'elle pense quand elle le regarde et qu'il lui sourit, quand elle le regarde entier sur elle, quand elle le regarde tout le temps, de toutes façons, à vouloir lui entrer dedans, partout.
Elle n'est pas superstitieuse alors elle comprend pas, la fille, que marcher dans l'amour ça porte bonheur. Elle dit qu'aimer ça existe plus depuis plein de temps. Elle dit que c'est mort quand est mort l'autre. L'homme du passé.

Elle dit qu'elle sait bien qu'elle rêve parce que rien n'est plus rangé pareil. Qu'elle a les pieds aux murs ou les murs sous ses pieds, qu'elle voit dans l'autre sens. Qu'elle y est debout, tendue sur ces pieds, contre ce mur et que l'homme, derrière elle, lui bouleverse comme jamais, ses putain de sens.
Alors elle garde les incisives serrées, pour empêcher les mots de sortir d'elle, l'empreinte de lui de la quitter. Pour empêcher la vérité de traverser partout hors d'elle et de s'étendre au sol, où il pourrait la lire en phrases mélangées. Où il pourrait comprendre comme elle veut qu'il l'aime, fort, souvent, sans cassure, qu'il l'aime comme si elle était quelqu'un de bien. Où il pourrait voir comme elle en veut, à quel point, de son corps à lui contre-dans elle, fort, souvent.
De son âme à lui. De son coeur à lui.
Il devinerait les images qu'elle traine avec elle quand il n'est pas là, sa voix et tout lui, le soleil liquide qu'il lui coule aux épaules, sa pleine bouche dans la chair mordant, son visage dans ses mains en "demande de", suppliant et, par dessus tout, ces yeux, ce sourire d'enfant.

Ses yeux, son sourire à lui, ici, maintenant.
Ses yeux, son sourire d'Asie... à lui, son amour, son amant.

À moi elle raconte qu'elle l'aime ce rêve étrange, celui de l'homme doux, sculpté granit, ce rêve de l'homme.
La pénétrant.

vendredi 20 avril 2012

Ceci n'est pas une note. (Et moi je suis une blogueuse beauté.)



(Ceci est un long Twitt')(Le plus long Twitt' du monde)( Ce qui explique la qualité/construction naze et les fautes de frappes etc... que tu pourrais trouver dedans.)
En même temps, je t'avais déjà prévenu là que des fois/souvent ce serait pas du haut niveau ici.

Je passe juste super vite fait pour te raconter un truc qui, peut être, te sauvera la vie un jour.
Si.
Hier soir, j'ai appris à voler.

Bon déjà, je t'explique LE premier super-pouvoir ultra connu et envié par des millions de personnes que j'ai :
Celui qui fait que je peux manger deux fois mon poids (par jour)(voire par repas, mes semaines de forme stomacale olympique) en frites/viande rouge/chocolat/saucisson et autres lipidito-sucro-grassouillations-du-dèrche, sans quasiment grossir.
Je dis bien "quasiment" hein, ne t'énerve pas tout de suite comme un caniche coincé sous le pneu d'une Huit 83 customisée (voire d'un FatBoy)(si tu piges c'est que t'es un chouya Harleytisant et dans ce cas je t'enluminesce) !
J'entends juste par ceci que là où ta cousine Germaine, elle, elle prend 20 kilos en un mois, moi j'en prends 2,820, des kilos.
Dont 1,5 de caca.

Bon alors déjà, comment te dire le sentiment d'ultra-puissance que ça me file et que je tente de cacher au monde.... Merde, je sais plus si c'est "sentiment d'ultra-puissance" qu'on dit ou "sale fausse excuse pour pouvoir bouffer encore plus déséquilibré qu'un bûcheron Savoyard et, le tout, en presque totale impunité-cellulitaire" ? Bah... ça doit être tout pareil.

N'empêche que hier, je me suis découvert un autre super-pouvoir :
Je SAIS voler.
Ceci est un don exceptionnel, je sais. Déjà que l'autre, que tu m'envies, je le vois, c'est du mirifique en boite, alors voler....
Parce que, au final, faut pas être toute jalouxe comme ça. Parce que savoir faire ça (voler hein, pas bouffer comme 4), c'est dangereux.

Je t'explique vite fait. En gros je schématise.
Dans la vraie vie, je suis Mi-Bûcheron Mi-Pétasse. En fait.
Pour être au plus près possible d'une précision juste et détaillée, je suis un peu comme la fille spiritueuse d'un super-héros (sans collant) et d'une blogueuse mode. Nan. D'une blogueuse Beauté, même, sur ce coup !
Je suis le "Super Bûcheron Bôté".

Parce que ok, mes loisirs favoris du monde entier c'est manger beaucoup et bon, les films atroces/de la bagarre/glauques...  mais c'est aussi, surtout de rentrer dans du 36.
Et bien, hein! La vraie névrosée de la complète fermetétitude. Rien qui dépasse, rien qui tombe, nada, queud'.
Oui je l'assume d'une voix vibrante de sonnaléti... solannati... solénname... de vérité vraie :
Je suis superficielle. Aussi.
Oui parce qu'on peut vivre avec une santé lourdement merdique et être superficielle. C'est pour (encore une sale bonne fausse excuse) équilibrer mon karma.

Merde j'avais dit schématique.
Donc, hier soir, au milieu d'une semaine de la louze mondiale, v'la pas que je décide, comme quand je vais bien, d'aller me tartiner le dèrche et le reste afin de rester toute fermetétidée et douce de l'enveloppe charnelle. Genre même avec 39° de fièvre, je paume pas complètement mes priorités de vue (floue, la vue).
Me voilà donc, à 23h12, heure idéale tu noteras, avec mon adorée huile Nuske dans mon boudoir (ma salle de bain moche).
En vrai le nom de mon huile, c'est Nuxe, tu l'as compris, mais j'aime bien changer les noms de façon débile. Je me donne l impression de l'être moins, superficielle. De prendre du recul par rapport à ma pouffitude, quoi.
(Par exemple j'ai des pulls "Pablo de Gérard Dorcel", j'ai deux Billy de "Richard Dreyfuss", douze tee-shirts en lin "ZAcRcrAind" et j'ai pas trop trop aimé la dernière collection de chez "Santro")(bon, là, si t es pas pointu de la marque, t'es paumé et c'est pas drôle, du coup, pour toi)(je tiens aussi de la blogueuse mode, j'te l'ai dit plein des fois)(d'ailleurs la prochaine fois je t'en cause. De la blogueuse Mode. Enfin de certaines hein...)

Bref je m'enduite (en français dans le texte) toute d'huile Nuske, que même que moi j y mélange, quand j'ai la peau sèche comme la truffe de mon chien en hiver, (que si je bouge violent, elle se fissure, la peau) du lait corporel ultra nourrissant hydratant ta mère, que limite t'es tellement hydraté(e) des couches épidermiques que tu frôles l'auto-noyade par le dedans.
Hop hop de la tête aux pieds.
Et j'y vais pas avec le dos de la spatule.

Et là, détail qui fait tout (suspens/rebondissement/hé réveille-toi !), en fait, j'ai envie de faire pipi. Déjà avant l'encrémage girly, hein, j'avais envie, mais j'aime bien attendre comme ça je fais pipi super fort, ça gicle dans la cuvette et je suis trop la plus fière (je suis un peu un garçon - pas trop finfin qui plus est - manqué)(et très coconne, inutile de le préciser, merci, tu seras bien urbain).

Donc après, c'est même plus une "envie" que j'ai, c'est devenu le genre de "besoin-urgent-MAIS-POUSSEZ-VOUS-DE-DEVANT-MERDE !" qui normalement te fait ridiculement clopiner la main entre les cuisses et les genoux en X dans tous les sens en piaillant : "PIPIPIPIIIIII".
Dans ma réalité personnelle juste je braille:
"WOW PUTAIN D'ENVIE DE PISSSER QU'J'AI PAS MOI !".
On a la classe qu'on peut.
Donc je suis luisante et glissante comme douze rollmops mais je n'attends pas que ça sèche, non, je veux pisser JUSTE après immédiatement là maintenant tout de suite.

Et moi, entre autres particularités, j'ai celle, surtout à 39 de fièvre et après 23 heures, d'avoir moyen la grâce d'une danseuse classique.
Je suis très très loin de Nathalie Portman dans The Black Swan.
Si tu savais comment j'en suis tellement tellement far away, niveau délicatesse, fragilité souple et douceur, du cygne, même noir. Effrayant.

Non moi je suis plutôt proche du morse en fait.
Je suis The Dead Morse.

C'est à dire que je ne m'assois pas sur la cuvette, je m'y laisse tomber comme un tronc. Voire je m'y jette.
Si si, limite j'ai pris mon élan comme pour me vautrer dans mon canapé.
Et qui dit "se jette", qui dit "cul et cuisses végétalinés", dit "ça n'adhère pas".
Évidemment que non, ça n'adhère pas. Forcément que ça n'adhère pas.
Tellement pas que même un chiard de 5 ans le devine que ça ne va pas adhérer du tout.
Et c'est bien pire qu'une non-adhésion.
Comme je me suis furieusement jetée, c'est un peu comme si j'avais fait bien gaffe à prendre un genre d'élan de fou, genre la savonnette décérébrée qui rêve un arrêt sans risque et net, tu vois, au fond d'une piscine vidée mais mouillée après avoir sauté du plongeoir des dix mètres.
C'est infaisable. Mais elle, elle y croit, la savonnette....

Donc :
Cul Huilé + Élan de ouf' + légèreté du Morse décédé+ Cuvette des toilettes en plastique bien lisse = Miracle, je vole.
I FLY ! VOLARE ! (Je suis un Gipsy King des blogs)

Parce que je jure, la vérité, pas pour de rire, je ne suis pas juste tombée, je n'ai pas juste dérapé.
Non. J'ai volé.
J'ai volé jusqu'au tapis de bain direct deux mètres plus loin. Littéralement.
J'ai tout vécu dans un parfait moment de presque plénitude. L'euphorie du décollage, la puissance de l'envol, le vent dans mes cheveux, la vue de tout là haut....
Je le believe pas seulement, je can fly, putain !

Et donc, par le fait foudroyant d'une normalité basique et d'une logique mathématique, j'ai atterri.
Sur les fesses. Direct. Paf.
Après le vol, donc.
Je vais pas trop m’étendre sur le sujet de l’atterrissage fessier.
Tu te doutes du moment de solitude et de douleur.

Juste je viens témoigner, vite, comme obligement par une empathie poussive, dans une urgence de vouloir faire le bien, parce que ça peut t'éviter le pire, à toi là, et à toi aussi là bas.

Pour ta vie, tes os, tes vacances sans béquille, ta santé... pour Jet Li à poil sur internet et surtout... surtout... pour un monde meilleur (Miss Blablabla comprendra) :
Vas faire pipi AVANT de te crémer le postérieur.


PS: Quand je parle de semaine de la Louze je déconne pas:
J'suis tombée dans des escaliers, je me suis pris deux fois la même porte dans la tronche, j'ai pissé sur le couvercle fermé de la fameuse cuvette de mes chiottes, j'ai tenu à l'envers l'aérosol anti-moustiques donc je me suis Baygonisée la face etc etc ...

PS: Même pas j'ose penser aux mots clefs que je vais trouver après dans les requests google amenant à mon (pitoyable) blog.

lundi 5 mars 2012

TIC TAC (rediff')

Si trop souvent t'emmerdes la pudeur, c'est pour que soit digéré le trop lourd par les yeux-estomacs.
Si trop souvent tu dis le vent, c'est parce que t'aimes bien ça, brasser du néant.
Tes bras qui se lancent dans le vide en recherche d'équilibre nécessaire. Tes mains qui s'accrochent à du rien.
Ça occupe.
Ça fait croire, ça rappelle que le léger il est partout autour. 

En réflexe essentiel. Le rire facile. Pour équilibrer.


Tic Tac...

Quand la douleur dans le crâne dure, quand le nez coule en rouge et que le temps se fige ou s'étale tout autour et fait durer la glace dedans, t'as 
les idées aussi mal rangées que la boite à pharmacie.
Ne reste qu'une certitude finalement : 

Cette putain de peur. Celle qui lâche rien. Qui, chez toi, se transforme en haine. À la vitesse du con.
Hargne psychopathe d'être plus forte que ce qui est statistiquement prévu pour ta gueule.
Qui te donne envie de les planter profond, tes doigts secs, dans le ventre, dans le cerveau cassé. Pour arracher les putes froides et crasses de toi. Regarder comment c'est tellement rien, en fait, ce dedans exagéré. 
C'est rien que du cerveau dangereux, c'est rien que de la viande seule.
De la viande à varier.



Tic Tac...

Quand tes deux pathologies lourdes s'emboîtent en interactivité vicelarde, c'est tellement "que du bonheur". Tu sais, ce genre de bonheur que tu pourrais avoir en te trempant les yeux dans du vinaigre.
T'aurais voulu le faire exprès que t'aurais pas mieux réussi. Pas mieux que le hasard, quand il t'a dédié ces deux salopes adjuvantes en dynamisme autogène. 



Tic Tac...

Tu regardes la vie devant et tu fixes ta peut-être prochaine année. Avec pleins de petits bouts de possible bien dedans.
La vie, en attendant, elle, elle s'en fout, elle joue au docteur avec toi, une main dans ton cerveau, l'autre dans ta culotte, elle te baise l'âme.


Tic Tac...

Entrez, entrez et faites vos jeux. Un jour, un mois, un an ?
Entrez, entrez, rincez-vous les yeux...
Mon année-vrisme tue lentement.

jeudi 1 mars 2012

Édit précisionnel du post d'hier.

Oui donc je te montrais ma trop belle Beauty Box de moi, qu'elle est mieux que la tienne:


Juste un truc:
Pour que ça marche bien, la Beauty Box, faut la manger. Non parce qu'au début, je me la frottais sur la tronche. Mais ça sert à rien.
Suffit de le savoir.


(Tu comprendras que je n'ouvre pas les commentaires hein... Voilà voilà.)
(Et demain c'est zombies.)

mercredi 29 février 2012

Intermittence de pestacle.

Oué je sais, je sais... Je suis grave à la bourre.
En vrai, je dois te parler de zombies. Mais ce sera pour demain ou après demain, du coup.
Mais c'est parce que j'ai décidé entre temps de compter/ranger mon dressing.
Et ça s'est pas fait en deux minutes.

Au final, à la fin du comptage, le résultat était tellement édifiant que je me suis chopé un choc anaphylactique 100% lin.

Je peux facile ouvrir un blog mode, me prendre en tofs tous les jours pendant un an sans racheter de fringues entre temps.
Et je deviendrai influente sa race et je ferai voter une loi interdisant, dans l'ordre:
- Les cols Claudine.
- Les ballerines.
- Les sequins/paillettes.
- Les froufrous gnangnans.
- Les caniches nains abricots.
- Les légumes vapeur.

Donc, je disais, mon dressing, mais pas en entier parce que, comme je suis une grosse daube (feignasse qui plus est) en montage (même merdique) photo, y'a 2/3 photos que j'ai pas foutues sur le chose.
Ben oué.
Ouelcome à PétasseLand:



Et, j'te f'rais dire, j'ai des boots à franges.
Si.
Il me reste plus qu'à trouver le cheval assorti, un joli bourrin couleur "Tan". En cuir d'agneau.
Les boots, donc, genre si Isabel Marant avait inventé des pompes pour Davy Crockett, ça donnerait ça:




Et j'ai reçu ma Beauty Box de moi:




PS: J'ai même pas honte de pondre un pseudo post de merde juste pour combler.
PS 2: En même temps, si t'as vaguement lu mon blog, tu sais que j'ai honte de rien.
PS 3: Maintenant tu comprends pourquoi je suis membre Platinium-Caviar chez Place des tendtrucs et MonProutRoom.

mardi 21 février 2012

OH BEN TAIS-TOI !

Oui oh... ça va bien hein....
Je passe juste ici pour te révéler l'indubitable.

Tu le sais que je suis genre tellement pleine de super-pouvoirs que j'en suis limite un X-Men.
Ou la fille spiritueuse de Garcimore.
Je suis une Garce-X-More, quoi.

Une photo parlant plus que plein des mots, je te colle celle de la dite révélation de mon mieux-que-super-pouvoir de dessinatrice-portraitiste caricaturante.
Comme on dit par ici: "Vé struc de ouf', putaing !"


(Bon, je sous-titre le truc, bien qu'il me semble évidemment inutile de le faire tellement trop ça cause tout seul.)(Tu peux cliquer dessus pour l'incommensurable plaisir du détail.)

De gauche à droite tu reconnaitras donc mon chien Spike  (dit "Le Crétin") et son regard aussi profond qu’aléatoire, Coloc' (dit "Le Pépère") sauf que pour des raisons de vie privée (et de place) j'ai pas dessiné la bite, moi (dite "La Connasse")(j'ai jamais pigé d'où venait ce surnom super mal adapté à ma nature furieusement amicalo-joviale) et enfin Monsieur Nuïyenne (dit "Le Fourbe" parce qu'on ne l'entend jamais se déplacer. Tu m'étonnes qu'ils ont gagné la guerre) que t'as vu douze milliards de fois en photo (Rhaaflaflaa) si tu me suis sur Twitter/FaceBook.

Voilà.

Je vais me faire des couilles en or cet été sur les allées en croquant, sous des regards forcément ébahis, les gens.
Pour, je pense, la modique somme de 567 euros le coup de crayon.

Tu peux aller te laver les dents (et t'en as vraiment besoin, je te confirme) maintenant et moi je reviens en fin de semaine pour du vrai blog, cette fois.

mercredi 23 novembre 2011

L'aube rouge. (Toi, fan de nanards des 80's, tu as compris le clin de l'oeil)(REDIFF' d'y'a longtemps)

 (J'avais pondu ce truc bourrée, au retour d'une teuf de ouf')(Quand j'y pense...)

C'est la Fête de la Femme. (Oué c'était le jour de la chose en question)
Ah-ah.
Donc, étant l'une d'elles, je vais t'en causer.
 De quoi c'est d'être une meuf. Mais pas de son coté "féérie gnagna donne la vie gnagna beauté et douceur gnagna mon cul gnagna hiiiii des ballerines à paillettes!!!".
Non. J'vais te causer du coté sombre de la force.

LES RÈGLES ! (enfin du "Juste Avant")

Quelle femme ne s'est pas entendue rétorquer un très mesquin "Wowhé ! T'as tes règles ou quoi ?" lors de cette délicate période durant laquelle elle est quelque peu "réceptive" à son environnement? Quelle femme n'a pas eu, sur le moment, envie d'écraser la tronche, à coup de brique, de la personne responsable de cette remarque aussi déplacée que fausse?
Car QUI, aujourd'hui, peut encore croire à cette stupide légende urbaine sous-entendant que c'est durant la période menstruelle que toute douce créature subit, un tantinet, cette très très légère crise d'hypersensibilité, à peine remarquable par son entourage?

Hein ? 
QUI ?


À part le sombre crétin testostéronné à la base de cette légende urbaine, qui a certainement aussi lancé, pendant qu'il y était, la non moins fausse mais ô combien risible :

"C'est pas la taille qui compte !"

C'est dire comment il connaît trop les femmes.

Faudrait commencer de penser à se renseigner hein. Cette minuscule chamboulade hormonale se déroule AVANT les règles.

D'où le doux nom de Syndrome Pré-Menstruel. "PRÉ"... "Avant", donc. C'est pourtant pas compliqué. C'est écrit dessus, bordel !
PMS ou SPM.


Applicable à moi aussi. Oui. Car ne voulant pas risquer la moindre généralité affolante (et du coup, être responsable de divorces au sein de joyeux couples), c'est moi même personnellement que je vais prendre en exemple.
 Pour toi lecteur. Pour la France !
Pour vous expliquer le SPM.
 Donc.
Plus communément appelé par mon entourage proche "Sa Période Mutante" voir "Sa-race-ça-va-Pas-être-facile-tous-les-jours-Merde !"
.
Nommé sobrement par mes soins "Saloperie-comment-ça-fait-mal-Putain-j'vais-Mourir."

Mettons-nous en situation, et projetons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas. 

En français : Revenons 1 ou 2  jours avant le grand débarquement.

Un soir, la Victime (Oui... LA VICTIME OUI! FARPAITEMENT ! Pour bien appuyer sur le côté douloureux de la chose.) va se coucher avec juste un peu une sorte de nervosité latente, rien de bien grave en soi. 
MAIS, le lendemain, se réveille.

Métamorphosée par les aléas de sa vie de mammifère femelle en sorte de Vania-Garou hirsute et cyclothymique.

Et c'est parti !

Coloc' chantonnant tel celui-qui-ne-se-doute-même-pas : "Bonjour ! Bien dormi ?"

La victime, oeil mou : "... grmbl ..."

Coloc', pas futé :"Beh, ça va pas ? Tu veux que je te fass..."

Vania Garou : "ET POURQUOI ÇA IRAIT PAS ? HEIN ?! HEIN ? ÇA VA TRÈS TRÈS BIEN ALORS PLUTÔT QUE D'M'EMMERDER AVEC DES QUESTIONS CRÉTINES TU FERAIS MIEUX D'EMMENER LES GOSSES À L'ÉCOLE !"
Coloc' logique : "Ah oui. Mais le fait de pas avoir d'enfant risque de poser un petit mais non négligeable problème. Mais dis moi ... T'as tes règles ?"

(Je me permets ici une parenthèse, qui ne nuira pas au fabuleux suspens mis en place, pour signaler que mon correcteur d'orthographe tente toujours de remplacer "Coloc'" par "Colon" et moi, ça me fait vachement rire. En même temps c'est bien fait, Colon, -J'm'en lasse pas- il avait qu'à pas me casser les ovaires en pleine Période Mutante.)

Nous reprenons donc au moment T, résultat d'une totale inconscience masculine.
Connasse Garou : "MAIS CÉPAVRÉ D'ÊTRE AUSSI TARTE ! ETPOURQUOIJ'DEVRAISAVOIRMESRÈGLESHEIN ? J'AI PAS L'DROIT D'ÊTRE JUSTE FATIGUÉE C'EST CA ?!"
C'est là, exactement maintenant, que s'opère toute la magie du syndrome. Seul miracle étant capable de transformer une harpie sanguinaire en pleureuse salariée de pompes funèbres. 

Harpie : "Y'EN A MARRE QUAND MÊME DE TES RÉFLEXIONS À LA CON HEIN ! C'est vrai quoi ... y'a plus d'Milka... j'suis juste pas heureuse ... la vie c'est de la merde d'abord ... pis on va tous mourir ...."
Cet étrange phénomène, sel de la période en question, qui va de deux à cinq jours (Deux semaines pour moi.), est amené à ce reproduire autant de fois que possible.
La preuve:
Coloc' pas peureux, on peut lui reconnaître ça (ou juste un peu concon), braillant à travers l'appart :
"Folie ? Où t'as foutu l'épluche-légumes ? J'le trouve pas !" 

Folie, des chiottes : "DANS TON CUL !"

Coloc' tout bas, pour lui-même : "Gnagna ... T'façons j'vois pas pourquoi j'lui demande, elle sait même pas à quoi ça ressemble ce ..."
Vampirella névrosée de la foufoune, les sens aiguisés comme jamais, sortant des wc, le jean aux chevilles :"WOH PTAIN ! QU'EST-T'AS DIS LÀ ? HEIN HEIN ? QU'EST-CE T'AS DIT LÀ ?"

Future Victime de meurtre violent, de mauvaise foie : "Euh nan rien, j'disais rien."

J'ai-Un-Tampax-à-La-Place-Du-Cerveau, rotation de tête à 360 ° : "TA MÈRE SUCE DES BITES EN ENFER ! CRÈVE ! CRÈVE ! J'T'AI ENTENDU HEIN ! (Dédoublement => Mode chouinage) ... Tu m'as menti ... pourquoi tu m'as menti d'abord ? Alors c'est ça la confiance pour toi hein ? Et le respect ? Il est où, le respect ? J'frais mieux de me balancer sous un train tiens ... J'ai mal, j'suis grosse, j'frai jamais rien d'ma vie ... De toute façon, on va tous mourir alors ...."

Je pourrai détailler les quelques jours suivants, mais je vois dans ton regard que tu comprends de quoi je parle.

Alors maintenant, ne confonds plus jamais l'état découlant du SPM avec ce qui suit, en toute logique biologique, dont je te parlerai un autre jour :

Les Rivières Pourpres.

lundi 14 novembre 2011

J'arrête la patience...

... et décide de changer de tactique.

Celle qui consiste à lui refaire sa face, à cette passade ultra-merdique qui me colle au cul.
Qui me colle au derche comme le ferait un sale con de redneck décérébré.
Le style de bœuf qui pense avec un furieux naturel que t'es rien qu'une chose, logiquement à sa dispo, juste bonne à réceptionner sa connerie crasse et ses envies lourdingues.
Genre y'aurait marqué "Vas-y Mec, ici c'est open bar pour sacs à merde !" sur mon front.

Des fois, la vie c'est juste un gros con de porc, un typique enculé.
Ni plus, ni pire.


Je finis, donc, de lui refaire sa face et je reviens.




 Et si la vidéo elle marche pas, tu cliques là dessous :



Quand les emmerdes s'enchainent, c'est juste plus long que prévu.
Et là, ça commence à me les coller (un poil) sévère...



(Je ferme les commentaires hein sur celle-ci. Si vraiment... tu m'engueules dans ceux des notes en dessous.)


jeudi 1 septembre 2011

Ma journée en Enfer. (rediff)

Nous subissons presque tous des tournants décisifs dans nos vies, aussi différents pour chacun que le sont ces dernières.
De ceux qui entraînent des changements plus ou moins radicaux.
J'en ai vécu un ce week end même. De ces moments coercitifs qui vous redirigent tout net le destin.
Pure plongée dans l'intolérable. Je l'ai deviné à l'instant même de mon entrée dans cette salle.
Froide, blanche.
Bourrée de chose inconnues, d'objets que je ressens dangereux.
Et mon instinct ne ment jamais.
Quand tu y parles trop fort, ça te revient en écho d'outre-tombe.
Un no-man's land que tu ne traverses pas sans métamorphoser ce qui te fait intrinsèquement.

Coloc' dit : "Si tu n'entres pas, on ne pourra pas aller au bout."
Moi : "C'est vachement flippant."
Lui : "Merde Folie, t'en as vu d'autres. Putain t'as vécu des morceaux d'enfer. Je sais que tu peux y arriver."
Moi figée : "Ouai ben même pour moi c'est dur. C'est pas courant de faire ça. D'apprendre. D'être dans cette situation."
Coloc', total zen : "Plus que tu ne le crois. Tellement plus courant... Tu serais étonnée."
Moi : "Ben voyons ... Genre tout le monde il fait ces genres de trucs dans ces genres d'endroits..."
Lui : "Je sais que tu as peur, mais il faut que tu le passes ce putain de cap. Tu veux apprendre non ? Reprendre ton destin en main ? Ta liberté. Ne plus avoir peur ?"
Moi : "Oué mais là, ça va quoi, c'est juste trop. Toi c'est pas pareil, tu connais, tu le fais tout le temps !"
Lui, blasé : "Bon, je pense qu'on peut commencer avec ça."

Il me tend "la chose". De la mort en acier glacé. J'en avais vu qu'à la télé moi.
Et là, dans le réel, la vue de l'engin me coupe le souffle. Chromé, imposant, froid.

Lui, grand pro : "Faut d'abord l'avoir bien en main."
Moi rire nerveux : "Comme la bite !"
Lui : "...."
Moi, en pleine dépersonnalisation : "Bon ok ok. J'y vais. Par le truc là ? Je veux dire euh par le manche ? La poignée ?"
Coloc' désespéré : "Tu appelles ça comme tu veux...."
Moi secouant la chose : "C'est vachement plus lourd que ce que j'imaginais."
Lui en recul : "Hé fais gaffe ! Pas de gestes brusques ! Tu veux me défigurer ? T'exploser le pied ? Bon maintenant on va charger. Après on s'occupera de la sécurité. Comment la mettre, l'enlever et pourquoi."
Moi, total coward  : "Non. Moi je me tire ... J'peux pas. Merde."
Lui : "C'est pour toi que je fais ça. Tu veux la changer ta vie ou pas ? Tu veux le maîtriser ton futur, non ?"
Moi, en pire qu’effroi : "Oui mais là, c'est trop. Tout est "trop" ici. Ça va trop loin. Ce truc il est trop dangereux et cette putain de pièce elle est trop bizarre. Je me tire je te dis! "

Je sors en courant. Je balance l'outil de mort au sol. Bruit fort. Il y a des choix que je ne suis pas capable de faire, des endroits où je ne peux pas rester. Je suis peut être sacrément couillue comme meuf mais je suis pas John McClane non plus

Ça hurle dans mon dos. Je suis déjà loin dans le couloir mais ça hurle.

"FOLIE VIENS ICI !! FOLIE PUTAIN !! FOLIE TU REVIENS DANS CETTE CUISINE TOUT DE SUITE ME RAMASSER CETTE PUTAIN DE COCOTTE-MINUTE !"

Je suis déjà plus là.
Je glousse d'aïl ...


D'aïl Hard toi même !*


*Même pas honte.

mardi 23 août 2011

Jus d'Orange Mécanique. (Rediff)(2006, je crois)

Patience et longueur de temps font plus que gnagna... mon cul ouai.

Après un état des lieux personnel hautement scientifique (je m'assois et je réfléchis en fumant plein de cigarettes), il me faut me rendre à l'évidence :
Ni la patience ni le temps qui passe (trop lentement en plus) n'ont éradiqué la moindre des séquelles de ces deux dernières années, fatigue extrême comprise.

Je décide donc, il y a de cela quelques "des jours et des lunes", de passer à l'option "que force et que rage". Ça tombe bien, je maîtrise mieux.
Lasse des deux de tension, des maux divers et variés qui, cumulés, forment un véritable carcan anti-optimisme, je décide d'échafauder un diabolique plan B qui fera sortir de leurs trous les restes de volonté, d'énergie et de courage jusqu'ici aussi bien planqués qu'un maquisard Corse asocial.

Comme tu me vois là, debout, une main sur le cœur, l'autre serrée en un poing révolutionnaire brandi contre l'adversité merdique, je jure solennellement de me rebeller contre l'attente imposée d'un quelconque miracle prophylactique.
Je ne veux plus rester dans l'expectative d'un retour à un état normal naturel.
En plus je lui dis merde. A l'expectative.
Je dis aussi merde aux comédies romantiques mais c'est une autre histoire.

Qui plus est, j'ai trop plein de kilos à perdre (2,5. De kilos. Je suis AUSSI une pétasse je te rappelle), et moi je ne rigole pas avec les vraies valeurs importantes de la vie profonde.
J'ai bien essayé de me défausser de cet excédent détestable sur Coloc' par ma seule puissance télépathique, mais, vas savoir pourquoi, le seul résultat a été un furieux mal de crâne.
Mon cul, lui, fait toujours une éclipse de soleil quand je m'approche de la fenêtre.
Coloc'- Clint, le con, continue de manger des kilos de nourriture sans prendre un gramme et de sauter sur la balance en râlant "Merde, je grossis pas.".
Ce qui a pour don de faire naître en moi une soudaine envie de décapitation sauvage que suivraient, dans l'ordre, un brandissage du trophée-tête, sur lequel serait placardé un air quelque peu étonné, au bout d'un pic à glace et un défilé en musique à la victoire de ma mesquinerie hystérique sur mon balcon.

Je prends donc des tas de décisions primordiales qui vont changer ma vie entière, dont une, et pas des moindres, qui va demander de ma part la plus courageuse des abnégations :
Je vais boire du jus d'orange le matin afin d'abreuver mon corps d'acide acsor ... ascirbo ... de vitamine C.

Farpaitement.

C'est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.
Notamment renier mon principe roi qui est de ne rien manger qui ne soit constitué d'au moins 50 % de pur gras de lipide. Avec des frites en accompagnement.

Qui me connaît un peu, se rendra compte de l'ampleur d'une telle remise en question.
Qui me connaît un peu, ne sera pas étonné de me voir illico plonger le nez dans un dictionnaire pour savoir ce qu'est une orange.

Armée de toutes les informations nécessaires - le fruit (oui c'est un fruit l'orange) est rond et de la couleur jaune foncée (y'a un nom plus précis pour définir cette teinte, mais je ne l'ai pas retenu) - je me dirige d'un pas vainqueur, non sans une certaine appréhension, vers le marchand de fruits et légumes de mon quartier, terre furieusement inconnue pour moi. Pour acheter du "chose".

Vous auriez du voir la fierté illuminer mon visage à mon retour.
Dans le sac, le Saint Graal tant convoité, prometteur de jours meilleurs.
Que je saisi de mes mains fébriles et tremblotantes pour le brandir, les yeux plein de larmes d'émotion vibrante, à la vue de mon entourage que je devine écrasé d'admiration.

Moi: "Regarde, je l'ai trouvée. J'ai pris la plus grosse ! J'en ai au moins pour dix jours."
Entourage: "La" ? Tu as acheté une seule orange ?"
Moi: "Ben hé ho. Faut voir la taille hein."
Entourage dubitatif : "..."
Moi, léger doute: "Ben quoi ?"
Entourage, désespéré:"C'est une citrouille ..."
Moi, pige queud': "Une quoi ?"
Entourage, las: "Laisse tomber."

Je continue aujourd'hui à me poser des questions sur l'exactitude des données du Petit Robert. Les oranges qu'il m'a ramenées lui (Coloc' pas Robert), ne sont pas du tout telles que me l'a laissé penser ce dernier (Robert, donc. Il faut suivre, hein).
Certes elles sont de cette jolie déclinaison de jaune-foncé-étrange-dont-je-me-rappelle-jamais-le-nom, mais comment aurais-je pu deviner que les choses étaient en fait de petits palets conditionnés en tube en plastique.
Et si Coloc' était dans l'erreur.

Parce que bon... depuis deux heures que je me borne à les entasser dans le presse-agrumes électrique, aucun jus n'en sort.


(Spéciale dédicace à Miss Blablabla )

dimanche 21 août 2011

Humanoïde.

*

Parce qu'il existe cette croyance programmée de la nécessité absolue d'appliquer une philosophie de vie, d'une façon "d'être précisément défini", pour avancer correctement.
Psychologie de comptoir, véhiculée aussi légèrement que les mouvements de mode, qui t'entraîne dans le grand huit du doute et de la remise en question, en mordage de queue inutile.

Sans fin.

Dictature d'une masturbation cérébrale du "Pourquoi", du "Qui suis-je" et du "Comment", sous peine d'être creux.

Le culte du Moi, la pseudo recherche d'un équilibre, d'une incessante analyse de tout, vecteurs de bonheur en dogmes sociaux médiatiques, comme des modes.

Aussi changeants et aléatoires que la longueur des jupes.

D'une année sur l'autre.

Sois égoïste/Sois altruiste.

Apprends à dire Non/Apprends à dire Oui.

Pense à toi d'abord/Le bonheur c'est les autres.

Pense à demain/Profite du présent.

Chouchoute toi/Ne t'écoute pas.
Accepte-toi tel que tu es/Ruine toi pour devenir le petit clone d'une perfectitude irréelle.
Profite du moment/Regarde toujours plus loin, ne vise que l'excellence.
Aime ton physique comme il est/Tue-toi en vue de transformations socialement acceptables.


Instabilité d'idéaux conseillés pour une école de l'être.

Pour essayer de tout avoir.
 Creuser le dedans toujours pour se trouver une légitimité.
Le point commun c'est le nombrilisme, peu importe dans quel sens.

Les médias en nouveaux philosophes. 

Qui martèlent en boucle que ... :
"La vérité, la valeur se méritent, alors imagines toi un labeur et provoques ton propre chemin de croix.
 Le nez perpétuellement dans ta merde minuscule, recherche en toi un Saint Graal imaginaire !"
En vain.

Légende urbaine en forme de questionnements sans fin suggérés dont les réponses n'existent même pas mais dont la recherche inutile te donne, finalement, un but.

Une façon de remplir sa vie comme une autre.
 Miroir aux alouettes.
 Parce qu'on aime se regarder avec contentement.

Galères modelées sur commande si pas vécues.

Point de joie gratuite malheureux !
 Complique-toi la vie pour qu'elle soit honorable.
 La prise de tête en palliatif à la non-obligation de survie actuelle, ici en tout cas.
 Créer ton primordial.
 Inventer la profondeur qu'on pense être obligatoire, par la fausse douleur. Profondeur factice.
Pour combler le faux vide d'une société de loisirs dont on a honte.
"Il faudrait une bonne guerre ..." On nous fait croire, on nous rabâche :
 "Si tu n'as pas vraiment souffert, tu ne peux pas vraiment vivre/être. Tu ne connais pas la vraie vie."

Oui 
mais si tu souffres vraiment, surtout, fermes la, ta gueule.
J'en sais quelque chose....
Ambivalence d'un courant girouette. D'un manque de simplicité.

Le mal est comme tout, si il n'est pas contrôlé, estampillé par le sceau du validé, du politiquement correct, il n'est pas reconnu. Tu as cette malchance de la vraie douleur, de l'enfer concret, d'une maladie honteuse ? Dommage pour toi. Parce que :"Souffre pour être, mais souffre propre !"

Au lieu de juste savoir que finalement on a de la chance malgré tout.

Au lieu de juste savoir qu'on a le droit d'avoir mal aussi.
 Autant qu'on l'a d'être juste heureux.
Au lieu de comprendre qu'il faudrait être aussi flexible que la vie est fluctuante, tout simplement.
Au lieu de comprendre que la force, la réalité d'une douleur ne se mesure pas forcément à la gravité de ce qui la cause.

Parce que rien n'est sûr, parce que rien n'est définitif, parce que rien n'est figé et fixe autour: sois souple.
Apprends la légèreté, ce droit de changer ce que tu es, ce que tu penses.
Rester figé en personnalité définitive et idéaux rigides dans un monde en mouvance ? Utopie.

Comme le dit George Bernard Shaw, dont la philosophie de vie n'est pas plus conne qu'une autre, voir tellement plus vraie :
"Life isn't about finding yourself.
Life is about creating yourself."


À toi qui ne comprends pas d'où vient cette douleur, ce sentiment de vide intense, de peur et qui t'auto-flagelles au fouet de la culpabilité parce qu'on t'a appris que ce que tu ne comprends pas n'est pas réel.


À toi qui te muselles et qui souris et qui te tournes le dos en pensant que ça passera si tu n'y prêtes pas attention.
 Parce qu'on te serine que "T'as tout pour être heureux..."
. Comme si la souffrance se devait d'être expliquée pour être légitime.
Tout doit s'expliquer, vite, grattons-nous l'intérieur de notre crâne fatigué.

À toi au parcours cassé.

À toi la chienne sale, aux morceaux qui se défont. Épidermique saleté.

À toi qui, juste, oses et te trompes. Et en payes dix fois le prix.

À toi qui n'as pas la forme d'un des quelques moules imposés, pas celle qu'il faut. Trop. Ou pas de formes du tout.

À toi qui n'a pas la bonne couleur/religion.

À toi qui n'as pas ce statut social imposé, qui refuse d'être un gagnant ambitieux. Parce que tu sais que tu n'emporteras rien de tout ce que tu t'es épuisé à avoir dans ta tombe. Et surtout pas ton ego.

À toi qui oublies d'être malheureux. À qui on le reproche.

À toi qui tournais dans ces couloirs de cette clinique neuro-psychiatrique et qui me racontais ta honte d'être "à part". Alors que j'étais/ je suis "pire".

À toi dont on ne voit que le fauteuil roulant, les/la canne, la sale gueule, le manque de fric, la peur.

À toi qui dors dans le sommeil forcé d'un coma provoqué, mon amour, pour ralentir le rythme de ta marche vers la mort.
"Il ne mérite pas ça ..."

... Prends ma main.



* Parce que Placebo et Kate Bush qui poussent le Lalala en même temps, ça le fait.

vendredi 19 août 2011

Ma guerre mondiale chimique des nerfs des trois jours contre mon chien. (Rediff)(Parcequ'en plus d'être claquée, j'suis une feignasse)(ça fera le ouikend)

Oui je suis l'amie des animaux, et pas seulement de ceux qui se retrouvent dans mon assiette, avec des frites. Pour preuve, mon mignon petit sac en merlan du Québec.

Mes deux bouledogues français, donc, je les aime beaucoup. Et c'est pour être sûre que ça dure que je les ai élevés selon une méthode avant-gardistement psychologico-canine très subtile de dressage :
Le coup de pied au dèrche.
Il en va de même pour le chat. Sauf que le chat, c'est plus dur, il est furieusement rapide et est doté d'un tout petit arrière train. Le con. En même temps, depuis, il est mort.

Qui plus est, je ne supporte pas la niaiserie animalière laxiste qui pousse à laisser les chiens monter sur le canapé, les chats à dormir sur un lit, les caniches abricots à exister et les (plus) jeunes (que moi) à me taxer systématiquement des clopes.

Je pensais avoir réussi à conditionner mes canidés selon mes principes tyranniques.

Ben non.
Depuis quelques jours, le mâle, certainement victime d'une subite dépressurisation des axones, bafoue les lois de la dictatrice que je suis.
En même temps, il fallait s'y attendre, ce dernier n'étant pas le plus malin du clan. Son regard, à mon chien, c'est le Grand Canyon un peu. Une chouette conception du néant. Même ma petite soeur, gentille, elle, s'est exclamée une fois « Oh! On dirait qu'il a de la gelée plein la tête, derrière ses yeux! »
Il semble être depuis son plus jeune âge réduit à un minimum de possibilités et aussi peu  de neurones :
- Manger.
- Sauter partout à la façon d'un cabris sous amphétamines.
- Renifler tous les culs à sa portée. (Demande à Miss Blablabla, tiens !)
- Être ambidextre des globes oculaires et furieusement anarchique de la dentition. (Demande à Ma' Copine Du Nord aussi !)

Bref ... Il y a quelques matins de cela, je me réveille, et me déplace approximativement jusqu'au salon.
Il est là.
Sur le canapé.
Ses instincts sauvages ancestraux endormis par des décennies de manipulations génétiques (je n'ai trouvé que cette explication pour expliquer l'existence de cette race), même pas il m'entend.
C'est avec tout le calme et la féminité qui me caractérise que je murmure :
« PUTAIN DE BORDEL DE MERDE ! DESCENDS DE LÀ ABRUTI ! »
L'amorphe chose sursaute, se retourne et se casse la gueule (J'ai le droit de dire « gueule », je parle d'un animal. Et j'ai même le droit de dire « merde », c'est mon blog.).
Me voilà à vilipender vertement ce monocellulaire afin d'imprimer l'interdit dans son vide cérébral.
Les deux matins qui suivent, même scénario :
A nouveau, je me lève, comme dans un film, brushée, maquillée, luminescente quoi et me déplace avec grâce dans un flou artistique qu'on dirait que je vole un peu, tu vois ?
Une vraie féerie matinale.
Ou bien je tente prosaïquement d'avancer à plus de deux mètres à l'heure, en traînant mes pieds en ciment et en tentant de ne pas me prendre les murs par le pouvoir protecteur de mes mains en bois, le tout en râlant.
Je sais plus, j'ai une mémoire daubée. Ou sélective.
L'idiot est toujours vautré au même endroit et toujours dans une position des plus improbables.

Il ignore ma divine autorité, de toute évidence, et ça provoque chez moi un délirium tremens du plus bel effet. Je hurle sur la bête, je le poursuis avec un magazine féminin muée par un réflexe de cruauté mentale, je ne le rattrape pas, donc je lui lance à la tronche, je le loupe, tout ça en l'insultant en Tchétchène parce que ça fait mafieux et que je trouve que c'est vachement impressionnant.

Et je lui déclare donc la guerre.
Il a pour lui l'arme suprême : La gazéification sur commande.
C'est en sûrement monté en série chez ces chiens. Le mien a le cul tellement pourri qu'on se demande forcément si il n'y cache pas des provisions périmées ou encore une famille de ragondins d'égouts.
Il est comme ça mon clebs. Tu l'engueules trop, il te pète au nez. Un véritable Janissaire chimique.
À t'en faire saigner les yeux.

Sur le coup de l'énervement je pense tout de suite à utiliser le M16 planqué sous mon matelas.
J'envoie chier mentalement la convention de Genève et imagine les ruses les plus perfides pouvant servir ma guérilla mobilière.
L'hystérique stratège napoléonienne que je suis devenue cherche sur internet, pendant deux heures, comment se construisent ces grosses sphères pleine des pics que les soldats vietnamiens avaient le don de faire tomber des arbres au moindre passage.
Le problème étant que je n'en connais pas le nom et que je tape, du coup, dans Google « Comment fabriquer des Boum-j-t-attrape ? ».
Et que, donc, j'atterris systématiquement sur le site du film Les Goonies.
Je pense aussi à une trépanation, rapide et sans douleur, à coup de hache en tungstène.

Et d'un coup : l'illumination. La clarté tactique.
J'ai trouvé. Imparable.
Je pars en courant en direction de ma cave (où est enfermée depuis trois semaines Jennifer Lopez, mais c'est une autre histoire).
J'en remonte des outils pleins les mains. Ou, devrais-je dire, plein mes serres cruelles d'aigle militaire patriotique.

C'est au moment où je tente un créneau avec mon blindé imaginaire (qui braque comme une merde) que Coloc', aussi zen qu'un bouddhiste sous myorelaxants, intervient :
Coloc': « Tu sais, ce soir on va mettre les chaises sur le canapé, comme quand il était petit. »
Moi, saine d'esprit : « J'ai mieux ! »
Coloc', immédiatement inquiet: « ...? »
Moi, totalement saine d'esprit, donc: « On y creuse un trou de six mètres de profondeur sur trois mètres vingt de large, dans le canapé, on y plante au fond des pics empoisonnés, on le recouvre de branchages et quand il grimpe ... POUF POUF... PIÈGE! »

Le traître m'a fait avaler deux calmants, m'a tapoté le crâne et est allé ranger la pelle, la pioche, les pics à brochettes et rendre le ficus à la voisine.

Malgré le brouillard envahissant, je place ma main dans l'ouverture de mon gilet et j'ai le temps de prendre note d'un fait essentiel :
C'est pas avec ces cons de pacifistes qu'on va la gagner cette putain de guerre.

Mon plan, lui, ne sort pas de ma tête.
Les branchages, les pics, creuser ce trou dans un meuble...

Peu importe l'ennemi, l'important est la victoire.

Et c'est Coloc' qui va être surpris en allant se coucher...




(À Lundi, donc. Ou Mardi)

mercredi 17 août 2011

Les jolies colocliniques de vacances ... (Rediff)(Oui comme je suis en semi-pause, je semi-blogue, donc je colle du complet vieux)



Le beau temps revient.

Travailleurs, travailleuses, sentez-vous l'actuelle sournoise et future omniprésente envie de vacances ?
Je vous demande ça parce que moi, bon, je m'en fous, j'habite dans le pays merveilleux du bord de mer et il est maintenant de renommée mondiale dans mon immeuble que je suis, de façon perpétuelle, lascivement en train de siroter un Diabolo-Ricard sous un palmier (l'arbre, pas le biscuit).

Ma vie est une fête quotidienne tourbillonnante de légèreté honteuse.
Elle pourrait être une comédie musicale de tous les instants si, et seulement si, les oreilles alentours ne se mettaient pas systématiquement à saigner dés que j'ouvre mon clapet dans le but de pousser la guillerette chansonnette. À deux si bémols près (et deux mille cent vingt six cours de chant estimés) ma vie c'était carrément Broadway-On-Plage, avec danseurs à poil et "la Petite Huguette" en générique.
Mais je te vois, envieux que tu es déjà de mon incommensurable culture et de ma haute pointitude, surtout concernant l'actualité politique, agrippant de tes doigts aux ongles noircis par le cambouis du travail de bureau, ton clavier de pauvre, 100 % polyester.
Laisse moi te dire, à toi,  mineur de fond du quotidien, ce n'est pas parce que je me roule dans les pétrodollars et que je prends des bains de truffes blanches que je suis différente de toi.

Pour preuve nous passons les mêmes vacances.
J'ai séjourné un peu de temps au mois d'août dernier dans l'enceinte d'un club familial très fermé (et c'est rien de le dire) appelé clinique neuro-psychiatrique, moi aussi, comme toi.
Tu vois que je sais rester simple.
Je passe les détails de l'endroit, ou plutôt je les raconterai un autre jour, et encore rien de moins sûr vu que c'est un lieu très commun de séjour, en fait. On me l'a bien dit à l'époque :
"Tout le monde y va."
C'est sympathique, jovial, dynamique, bref... tout ce que promet une bonne brochure publicitaire vantant la détente estivale.
Cet endroit m'avait été conseillé avec entrain à une époque des plus drôlatiques durant laquelle je pensais que Coloc' cachait de la drogue dans les homards qu'il proposait à sa clientèle et où l'idée de manger mon chat (avec des frites) me semblait des plus enthousiasmantes (et normales).

Je vais te dire une chose.
Le plus enrichissant dans ce fabuleux Club Med-ical, n'est pas, contrairement aux idées reçues, les locaux pittoresques, le personnel dévoué, la cuisine exotique ou encore les visites culturelles du parc bi-arboré (deux pins, dans le parc).
Que nenni.
Ce sont les rencontres.
Multiples et colorées.

Je ne te cacherai pas qu'il faut un petit temps d'adaptation, hein. On est pas non plus au Country Club de mamie, où tu t'incrustes cash à la première table de bingo venue.
Non, là, tu dois faire dans l'observation.
Il faut dire que les rumeurs circulent encore plus vite que dans les pages de Voici.
Bizarrement, moi qui étais dans mes petites tongs à mon arrivée, me demandant qui j'allais bien pouvoir croiser dans cette bâtisse (à des lieux de la simple maison de repos pour gens juste un peu fatigués), regrettant de ne pas avoir mis mon tee-shirt "Si tu me parles, j'te mords l’œil !", ai eu un peu de mal à comprendre pourquoi c'était moi qu'on fuyait ou observait comme une bête curieuse et dangereuse.
Je suis la gentillesse même, putain de bordel ! (Et la poésie faite femme)

Une fois admis le fait que je n'étranglerai ni ne dépècerai personne au détour d'un couloir, les vacanciers présents se sont détendus et m'ont intégrée.
Et je peux te le dire que ça fout quand même un sacré coup d'être redoutée ou tenue à l'écart par moults psychopathologiques de tous poils.
Sans vouloir trop me la péter, je dirais même que j'étais l'amie de tout le monde.
Comme quoi la faculté d'adaptation est un don du ciel.
Ainsi que les déformations cognitives aiguës.
Surtout. En fait.

Mes premières connaissances furent les autres personnes partageant ma table de restaurant-cantine. Places fixes et immuables, mathématiquement étudiées par affinités et par dessus tout, par niveau de dangerosité/capacité de se défendre.
Du coup, je deviens la pote de Jeannot l'ancien légionnaire sociopathe double meurtrier, surnommé par mes soins Nounours, et de Lulu le nerveux, en cure de désintoxication poussée pour cause d'essais répétés d'éviscérations sur ses voisins sous l'emprise de l'alcool. D'ailleurs ça marchait plutôt pas mal pour lui, ce grand gaillard supportait avec brio le manque de picole grâce aux millions de cachets prescrits et dealés en cachette dans les chambres.

Dont les miens, que je recrachais systématiquement.
Et que j'échangeais contre des Twix.
À la guerre comme à la guerre.
Bref... j'aimerais pouvoir te parler de tout le monde.

Du Hurleur. Schizophrène ventripotent quasi muet à l'exception de tes propres moments de tranquillité, qu'il savait deviner avec une étonnante précision, et qu'il venait transcender en se plaçant tout près de toi, pour se mettre à brailler à pleins poumons un très personnel et délicat borborygme :
"AAAAAARRRRRRGGGGFFMMMMMMRRAAAHHHH!"
Avec une telle force que tu lâchais systématiquement tout ce que tu pouvais avoir dans les mains, tétanisé par la surprise. En ce qui me concernait, un de mes 150 gobelets de café bouillant quotidiens.

De Boris, cleptomane sous psychotoniques, à l' approche aussi discrète que celle du Hurleur. Le but variant. Le sien n'était pas de te faire mourir sur le champ d'une attaque cardiaque mais de choper sur ta table l'objet le plus utile qui s'y trouvait, en l'occurrence les dés du 421, pour partir dans une galopade hystérique et aller les balancer au fond du parc ... dans l'herbe. Où toi et tes collègues de jeu, que tu étais joyeusement en train de déposséder de leurs jetons bouffe-cafés-téléphone, vous retrouviez le nez collé dans le gazon sauvage pendant une bonne heure afin d'y retrouver vos petits cubes rigolos.

L'Anglaise, névropathe déconnectée de toute réalité, polie et douce, mais poussée par je ne sais quelle mystérieuse force à venir s'asseoir à coté de moi pour se balancer pendant des heures en psalmodiant un Te Deum, prononcez "té-doum" (de Parisme )(ok...), plongée dans un semi-coma artificiel de psychotropes anti-hallucinatoires en charriage veineux.

Et enfin, Monsieur Tripote.
Géant de près de 150 kilos grand adorateur  de femmes devant l'éternel. Que j'ai repéré le deuxième soir, alors que je débattais énergiquement avec l'oncle d'une personnalité que tu connais (la personnalité, pas l'oncle) mais que je te dirais pas qui c'est. C'est juste au moment où je lançais mon argument imparable de choc super classe "Et mon cul, c'est du poulet ?" qu'il fait son apparition pour répondre un tout aussi classieux:
"J'en veux bien une tranche."
Après m'être renseignée sur le personnage, j'ai vite compris que si je ne voulais pas passer mes journées à avoir peur de le croiser dans le bâtiment, il fallait que je mette les points sur les "p".

Quand je dis, plus haut, que les déformations des cognitions sont utiles, je sais de quoi je parle. Parce qu'il faut vraiment pas tout comprendre aux bases essentielles de la survie en milieu junglifique sur le moment pour choper un mec quatre fois plus grand/lourd/large que toi et lui balancer :
"Si tu me touches... juste une fois... la putain de toi, je te fracasse."
No doubt quoi.
Et ça marche. Il restera tranquille.
Il répondra juste :
"Mais, y'en a partout dans les murs ! Cachés ! Et ça personne le sait. Ils sont dans les murs. Je les entends moi !"

Le dicton dit :
"De la discussion jaillit la lumière."

Moi je précise :
"Mais des fois après tu vois super flou."

mercredi 27 juillet 2011

J - 9. Juste comme ça.



Avant de...
Enfin retrouver mon "nécessaire".
Y aller en rampant si il faut. Grimper dans ce train. Passagère.
Je me fous de mon état. Passager.
J'ai la hargne au même niveau que le besoin de "pause".
J'ai la hargne d'aller définitivement (aussi) bien (que possible, pour un cas comme moi) au même niveau que l'envie.
De lui. D'être avec.
Chienne cassée, j'emmerde la douleur, fort.
"Question d'habitude", tu me dis...
"Question de rage froide. Ça force l'endurance, ça rend moins douillette", je te réponds.
Mauvaise herbe, encore un peu, bientôt moins, j'attends l'entre deux de nous.
Guerrier patient, il invente les ponts, quand il n'y en a plus.
Reprendre mon souffle parce qu'il me le fait perdre. Comme personne avant.
Magie de la peau.
Il me porte à bout de bras, lui, et moi, du coup, tu vois, j'ai même plus mal.
Même la colère se calme.
Tout coule.

vendredi 22 juillet 2011

La sodomie est ton amie. (Pondu pour un mag' papier)(Ben si, cette "chose" a été publiée en vrai)

Parlons peu, parlons fesse. Et je te précise tout de suite que niveau sodomie, là, je vais causer "réception" de la chose. Parce que j'te vois venir gros comme ça, la sodomie tu es, consciemment ou pas (oh si)(ne nie pas, sale fourbe, tu fantasmes lourd comme un français moyen, ça s'entend d'ici) vachement pour si il s'agit d'en être l'instigateur. Genre c'est toi qui fais. Mais pas qui prends. C'est tout de suite plus facile.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à préciser qu'au début, le titre de mon article à haute teneur de scientifisme, devait être :
"Problème de Carrie ? Pensez sodomie !" et que ça aurait été vachement drôle du coup parce que j'aurais fait exprès de faire la faute, que toi, lecteur érudit, t'aurais dit "Hey, une carie y a pas deux "r"!" et que moi j'aurais fait la blague comme quoi "qui n'a pas rêvé de calmer l'autre connasse du film qui fout le feu à son bal de fin d'année tout ça parce qu'on lui a niqué sa robe à coup de sang de porc ?"... et paf tu l'encules... En vrai ça l'aurait vraiment été, drôle. Et j'aurais enchainé avec classe et jeux de mots à la pelle sur les maux de dents et comment lutter contre. La pure rigolade quoi.
Mais le chef du canard intello-gaucho-hype que tu lis actuellement (et sûrement en cachette si t'as deux grammes d'amour propre) il m'a dit que mon titre il était tout pourri et que de toutes façons, comme c'était lui le boss, il choisissait. Tout ça pour que tu saches que c'est un sale nazi mon patron.
Et chauve qui plus est.
Comme un cul.

Donc oui alors le cul... justement.

Parce qu'en fait je ne vais pas deux secondes te parler sexe et lubricité. Je vais te parler médecine.
Douce.
Enfin "douce"... si on veut, quoi.

Tu es vaguement au courant, du moins je l'espère, sinon c'est que tu vis dans une grotte depuis deux ans en te nourrissant de ce qui se planque dans ton nez, c'est la crise.
Et ça, ça n'a échappé à personne. Même si on a tenté de nous le faire oublier à coup de 1/grippe-A 2/soldes 3/Ferme Célébrité.
Et que, qui dit crise, dit pas de sous.
Et qui dit pas de sous dit "mieux vaut pas tomber malade parce que ça coute juste une couille de nos jours de se faire soigner". C'est pas les labos pharmaceutiques, ces enflures, qui diront le contraire, vu la thune qu'ils se font sur le dos de nos gastros et autres emphysèmes. C'en devient même un pléonasme de coller "labo pharmaceutique" et "enculé" dans la même phrase.
Donc moi, humblement, sans avoir l'air d'y toucher, je n'hésite pas un quart de seconde et je partage avec toi une découverte qui a chamboulé ma vie (et ma démarche)(au début)(mais je suis souvent malade aussi) :
La sodomie est ton amie.

Je dois avouer avant tout que si à la base je suis pas une frileuse du dèrche, ni ce qu'on pourrait appeler une coincée du cul, ben mon cul, justement, j'étais pas trop trop pour qu'on y fasse des trucs dedans. Je sais pas toi mais moi, rien que l'idée, ça me faisait contracter fort les sinus et pleurer les yeux. J'ai d'ailleurs découvert qu'au final les réactions que provoque l'idée d'une chose sont toujours redoutablement proches de celles qui découlent de la pratique de la chose en vrai. Comme quoi on est plutôt corporellement intuitifs.
J'me comprends...

L'amorce d'un changement d'idée toute faite m'est venue un jour de migraine xxl pendant que je regardais un combat de judo. Et autant te dire qu'il faut vraiment que je sois au bord du décès pour me coltiner du sport à la télé hein. Le sport c'est comme les labos de médocs, les légumes et le Front Nat', c'est le mal personnifié.
Ce jour là j'ai enfin compris pourquoi les mecs, dés qu'ils se vautrent, ils claquent leur avant bras au sol. Comme si la douleur de leur chute suffisait pas, ces cons, ils se fracassent le poignet en plus. Ben figure-toi qu'en tapant comme ça par terre, les gonzes il provoquent une vibration qui va venir contrer les autres vibrations provoquées par la dite chute et responsables de la douleur.
Tu suis ?
Pour avoir moins mal, ils se font mal.
C'est mathématique parait. Deux même forces qui s'opposent, s'annulent.

Alors là j'ai réfléchit. Je me suis redressée et je me suis demandée à moi-même quelle genre de force très dolorifique pourrait venir anéantir mon espèce d'atroce et lancinant chaos crânial.
Et par où.
J'ai pas eu à méditer des masses de temps pour comprendre que la solution, j'étais assise dessus.
Ni une ni douze, parce que y a pas à tortiller, j'ai demandé assistance à une personne de confiance toujours prête à rendre service : mon meilleur pote.
Dont je tairais ici le nom à cause qu'il est marié (mais toujours prêt à rendre service)(donc) et que soit disant ça se ferait pas quand t'es lié devant Dieu et monsieur le maire de dépasser certaines limites avec quelqu'un d'autre que ta moitié.
Mon pote, en plus d'avoir de l'humour, il est toujours prompt à te tendre la main. Et, en l’occurrence, force est de constater, la bite aussi.

Je te passe les détails. Mais je peux t'assurer d'une chose, c'est que ça marche. Et pas qu'un peu.
Ça fonctionne à chaque fois, je le sais, j'ai réitéré.
C'est mieux que l'aspirine couplé à la picole. Tête, dents, dos, moral en baisse, toux grasse ou sèche, otite... La sodomie ça te zappe la moindre douleur. C'est un genre de must-do contre les emmerdes. T'oublie tout.
Ça coûte rien, ça enrichit personne d'autre que ta gueule et même pas ça pollue.

J'ai tout de suite compris que je tenais là ma solution perso pour pas empirer la béance du trou de la sécu (je te fais grâce de mon rebondissement rigolo sur "béance" et "trou"). La seule contre-indication que je pourrais avancer, c'est qu'en dessous de 15 ans, c'est moyen conseillé. Encore que tu fais comme tu le sens hein, c'est tes gosses pas les miens...

Dés mon premier essai, le miracle a opéré. En trois phase. Oué parce que hé ho ho hé, faut y aller par étapes le sport extrême :
Au premier tiers, ton mal de caboche, il a commencé à s'atténuer.
Au deuxième tiers, je le sentais carrément plus (le mal de tête hein)(parce que justement je te rappelle : C'est mathématique parait. Deux même forces qui s'opposent, s'annulent.).
Au troisième, je me souvenais même plus comment je m'appelais.

J'étais euphorique, je racontais, en me rhabillant, à mon pote comment grâce à ça j'allais révolutionner le monde, sauver les pauvres, distribuer du bonheur gratuit.
Mais lui, ce gros blasé, il m'a dit que c'était en rien une découverte la douleur qui efface tout, le mal contre le mal, le fait que de se faire enculer à sec ça faisait oublier tous ses autres problèmes, du coup, qu'ils soient de santé ou autres, même les plus graves, jusqu'à ton prénom (surtout si il est pourrave).

Que le gouvernement, lui, il pratiquait depuis des plombes.

Et qu'il appelait ça les impôts.

jeudi 21 juillet 2011

On n'a pas tous les jours vingt ans. (Rediff)

Depuis dix jours, la récurrence onirique fait loi.

Tes fragilités de mémoire ne sont que superficielles, tes nuits te le rappellent. Il y a des bouts de passé qui restent trop précis.
Ils te visitent dès que la fatigue s'installe. C'est comme ça depuis beaucoup trop d'années. Mais une présence constante sur presque deux semaines pèse sur tes jours. Aussi.

Cauchemars en souvenirs lourds, tu restes la bagnarde crasse aux boulets poisseux.

Ton inconscient t'impose encore et encore le film d'un soir de cet âge, comme pour te rappeler que le pire est derrière toi oui, mais gravé. Profond.
Te rappeler ta fuite trop lente, le corps, l'avenir en danger. La peur comme jamais t'aurais imaginée. Les loups aboyeurs à tes trousses.

"Cours, salope!"

Te rappeler l'antagonisme de tes jambes pourtant rapides et de ta vision des faits au ralenti.
Mémoire d'une explosion interne définitive. Mémoire d'une logorrhée d'insultes que vomissent des dents serrées par la haine. Ta haine te sauve souvent de tout. Ta rage est ta meilleure défense.

Même cet instant en pause stupide où tu te surprends à penser qu'il est dommage de ne croire en rien, que ça servirait pour s'accrocher dans la bataille, reste trop nettement reproduit par le mauvais sommeil.

Tu réfléchis vite, tu fais ton choix :
Souvent tu as plié pour ne pas casser mais tu décides que cette fois, tu préfères rompre que te soumettre.

L'instinct de survie te rend au sens propre "impénétrable". Fermée de partout.
Plutôt claquer sous les coups, c'est très clair dans ta tête affolée.

Et ils ne vont pas manquer, les coups.
À tout va, en plein là où tu refuses de t'ouvrir, justement. Rien n'y fera.

Tu ne sens même pas la douleur, même quand un d'eux écrase crâne contre la vitre de la porte conducteur.
T'es sortie de ton corps de toutes façons. Dépersonnalisation salvatrice.

Tu ne le sais pas encore, sur le moment, qu'à chaque fois que tu croiseras un miroir, tu ne verras plus que cette image de ton visage déformé, de rouge-sang et déjà de noir-coups, aplati contre le rétroviseur. Le fond sonore en prime : "Regarde ta jolie gueule maintenant, salope." Ils n'arrivent pas à aller au bout de ce qu'il veulent, alors ça cogne encore.

Frustration de mâles. Mal.

Il y a des soirs de début d'été, le temps s'étire en infini.

Ton réveil ne se produit qu'après le générique de fin. Sous la douche, l'eau comme de l'acide sur tes plaies ouvertes.

Tu te lèves, te répètes que ce n'est qu'un rêve.

On a pas tous les jours vingt ans.

Heureusement...

mardi 19 juillet 2011

Désolée... Pas pu m'empêcher.










.... Oui oh ça va hein....

C'est ma vengeance. J'ai jamais pu saquer les "Martine" toute petite.
C'était aussi con qu'offrir un kit de la future ménagère ou de la petite vendeuse.

Je voulais lire des histoires de fantômes, moi.


samedi 16 juillet 2011

Putains de souvenirs de y'a 3/4 ans...

 (Je me suis dit que ce serait cool de les regrouper, ces souvenirs, les rigolades de cette époque, ma gueule souvent défoncée de fatigue, mes kilos en trop même à certaines périodes...Même si cette note risque de rester en ligne juste quelque temps, genre dans une semaine ou deux elle ne sera plus visible... oué parce que sa propre face -même si ma face à moi elle me fait vachement plus rire que bicher, et le mot est faible- en ligne à perpet', ça va quoi.... ensuite je l'enregistrerai en mode "brouillon" dans les fichiers de ce blog. Parce que je veux vraiment garder tout ça dans un même endroit. Un endroit bien à moi.)

Juste j'ai retrouvé, ici et là, des bouts de vidéos, en me baladant sur le oueb. (Je te rappelle que je m'emmerde grave car coincée maison depuis deux semaines.)
Ça fait un putain de bail que j'les avais pas vues. Je précise que ce ne sont pas des vidéos "de moi faites par moi" genre "mate mes fringues et mon rentré de genouxes", ça va j'suis peut être une meuf un peu à la ramasse mais pas ce genre de "à la ramasse".
Mon genre de "ramassitude" c'est plutôt un peu plus mentalement sociopathiste et aussi dans le genre grave complexée de la face en fait, donc pas emballée par ma propre image. ( Mais j'y travaille. Et là, ça va m'entraîner à y travailler justement. Fouyayayaya....)

D'ailleurs, si un jour l'idée de m'amuser à m'auto-vidéotiser toute seule me prend, je me repasserai, pour prendre des cours hein, les vidéos qui pètent leur race d' Une Chic Fille parce qu'elle assure, quoi qu'elle en pense, elle cause bien, elle dit des trucs qui sont loin d'être cons et que elle a des cheveux beaux comme des oiseaux, entres autres (la garce). Celles de Coline aussi parce que, quoi que tu penses d'elle, elle est nature et plutôt coolos et rigolute devant sa ouebcam. Et jolie comme tout elle aussi (la garce bis)
Bon sauf que moi je parlerai de truc vachement primordiaux hein : zombies, frites et qui c'est qu'est les plus forts entre les Ninjas et les Pirates.

Je colle, donc, ces vidéos pas du tout parce que je pense que ça peut être passionnant pour toi, bien au contraire, de voir à quoi je ressemble ou comment je peux être malpolite et pas concentrée et que ça prouve que je suis dans la vie comme dans mes blogs (y'a pas de quoi être fière tu me diras) et voir pire.
Je les colle pour moi, ces souvenirs.
Mais vraiment pour moi.
Comme un album photos d'un "avant" en mouvement, qui me fait toujours sourire. Comme un album d'images de rires, déconnades et autres légèretés.
Va comprendre ! Devant un appareil photo je me coince (quand j'me sauve pas) et je me transforme en Chandler constipé alors que devant un camesco-truc, je l'oublie en dix secondes et j'oublie hélas aussi que je suis filmée et vazy la classe.

Limite le seul truc sympa pour toi à regarder tout ça, lecteur, c'est de voir qu'on se poilait dur et qu'on se prenait, pour la plupart, pas au sérieux. Du tout. On aurait peut être du en fait. Un poil plus, en tout cas.

En même temps, à l'heure actuelle du bloguage, y a que ça, des gens qui s'auto-prennent la bouille ou les sapes douze fois en photo mais genre sérieux et que, les vidéos, genre "pro" ou non, drôles ou ciblées - genre conseil de bôôté ou autres - sont devenues tellement courantes, que c'est pas mes deux pauvres vieux trucs qui vont révolutionner l'internet.
Au pire ça te permettra de dire du mal, ça te changera de ton habitude de trasher de la blogueuse mode/beauté (sauf que moi, je trouverai toujours un moyen de savoir qui tu es et de te croiser pour te casser les dents)(ou devenir pote avec toi devant un Ricard) ou des Community ManaTruc ou autre "spécialiste de... qui fait rien qu'à influencer" auto-proclamé qui s'la pète en se prenant pour l'inventeur de tout ce qui existe sur les blogs et pour un leader d'opinion incontournable.

Non plus sérieusement, c'est d'une part un peu beaucoup pour rebondir sur ce post et aussi parce que ici, c'est mon blog de moi perso et que j'y fous ce que je veux. Ce qui me fait envie. Envie de dire, d'écouter, d'écrire et de conserver.
Et tu connais cette phrase on ne peut plus utilisée: "si t'aimes pas tu viens pas picétou" ? Phrase que je hais mais que je comprends.
Moi je te dis plutôt :
"Si t'aimes pas, perds pas ton temps, y a tellement mieux ailleurs. Mais t'as le droit de donner ton avis quand même. Tu évites juste de te la jouer troll planqué qui s'croit inattaquable et qui crache de la merde gratos."

Et si tu penses/me dis que c'est juste un trip d'ego, ça me prouvera que tu auras jugé sans avoir même regardé une seule de ces vidéos, hein !
Oh si, parcequ' avec la tronche que je me trimballe dans la plupart de ces images-qui-bougent, vu mon état de santé/fatigue de l'époque, et la haute poésie que j'y déclame, soyons logiques, soyons lucides, y a aucune de poussée d'égotisme possible ou fièrté à avoir. Même la pire connasse brouillée des cognitions aurait honte à ma place.

Non mais sans déconner, tu vas voir : "Plus belle la vie" c'est "Derrick fait du poney" à côté de ces vidéos tellement elles sont tellement trop intéressantes, tellement trop ludiques et captivantes. Pour pas dire furieusement instructives.

Putain j'suis Mac Lesggy.
(...oui oh hein...)

- La  vidéo raccourcie "Arrivée à Paname claquée et pas maquillée de/avec Vinvin à l'accueil (reine de la classe) et preuve que je suis aussi une pétasse superficielle qu'a des vrais problèmes dans la vie, t'vois..." :




- La "Ma vidéo que j'adore parce que je n'y suis pas. Y'a que des beaux mâles qui m'envoient un message. Love sur eux, quoi." :

Folie Privée par FdM


- La "Ma préférée. J'fais la maline mais en vrai, sa mère, comment j'suis trop fière. Le (Môssieur Hervé)ResseExpress, quoi ! Écoute-le bien, il est bon. Très bon. En plus on a failli foutre le feu. Réel.":

ResseExpress08 par FdM



- Et la "Face de hamster" (8 kilos de plus/trop à l'époque)(4 dans chaque joue)(et les cernes so rock) :

Tribunelibre26 par FdM


Je regrette de pas pouvoir mettre la main sur celle de "portraits de blogueurs" de Gaspanik web tv, avec David et Julien. Qui n'aimaient pas les blogueurs, qu'ils disaient, mais que j'avais adoré y participer. Et j'avais adoré ces deux là.

Parce qu'ils avaient déjà tout compris David et Ju : Les blogueurs, c'est souvent un peu des quiches.

Moi la première.

Je rassure mes millions de fans en délire (Ma mère, Coloc et mon chien donc) je ne fume plus clopes sur clopes hein. Je fume, mais moins.