Dicton du jour : "Parce que manger des contre-façons, c'est encore pire que sucer du toc." (Moi - Critique Culinaire Ultra Pointue)

vendredi 22 juillet 2011

La sodomie est ton amie. (Pondu pour un mag' papier)(Ben si, cette "chose" a été publiée en vrai)

Parlons peu, parlons fesse. Et je te précise tout de suite que niveau sodomie, là, je vais causer "réception" de la chose. Parce que j'te vois venir gros comme ça, la sodomie tu es, consciemment ou pas (oh si)(ne nie pas, sale fourbe, tu fantasmes lourd comme un français moyen, ça s'entend d'ici) vachement pour si il s'agit d'en être l'instigateur. Genre c'est toi qui fais. Mais pas qui prends. C'est tout de suite plus facile.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à préciser qu'au début, le titre de mon article à haute teneur de scientifisme, devait être :
"Problème de Carrie ? Pensez sodomie !" et que ça aurait été vachement drôle du coup parce que j'aurais fait exprès de faire la faute, que toi, lecteur érudit, t'aurais dit "Hey, une carie y a pas deux "r"!" et que moi j'aurais fait la blague comme quoi "qui n'a pas rêvé de calmer l'autre connasse du film qui fout le feu à son bal de fin d'année tout ça parce qu'on lui a niqué sa robe à coup de sang de porc ?"... et paf tu l'encules... En vrai ça l'aurait vraiment été, drôle. Et j'aurais enchainé avec classe et jeux de mots à la pelle sur les maux de dents et comment lutter contre. La pure rigolade quoi.
Mais le chef du canard intello-gaucho-hype que tu lis actuellement (et sûrement en cachette si t'as deux grammes d'amour propre) il m'a dit que mon titre il était tout pourri et que de toutes façons, comme c'était lui le boss, il choisissait. Tout ça pour que tu saches que c'est un sale nazi mon patron.
Et chauve qui plus est.
Comme un cul.

Donc oui alors le cul... justement.

Parce qu'en fait je ne vais pas deux secondes te parler sexe et lubricité. Je vais te parler médecine.
Douce.
Enfin "douce"... si on veut, quoi.

Tu es vaguement au courant, du moins je l'espère, sinon c'est que tu vis dans une grotte depuis deux ans en te nourrissant de ce qui se planque dans ton nez, c'est la crise.
Et ça, ça n'a échappé à personne. Même si on a tenté de nous le faire oublier à coup de 1/grippe-A 2/soldes 3/Ferme Célébrité.
Et que, qui dit crise, dit pas de sous.
Et qui dit pas de sous dit "mieux vaut pas tomber malade parce que ça coute juste une couille de nos jours de se faire soigner". C'est pas les labos pharmaceutiques, ces enflures, qui diront le contraire, vu la thune qu'ils se font sur le dos de nos gastros et autres emphysèmes. C'en devient même un pléonasme de coller "labo pharmaceutique" et "enculé" dans la même phrase.
Donc moi, humblement, sans avoir l'air d'y toucher, je n'hésite pas un quart de seconde et je partage avec toi une découverte qui a chamboulé ma vie (et ma démarche)(au début)(mais je suis souvent malade aussi) :
La sodomie est ton amie.

Je dois avouer avant tout que si à la base je suis pas une frileuse du dèrche, ni ce qu'on pourrait appeler une coincée du cul, ben mon cul, justement, j'étais pas trop trop pour qu'on y fasse des trucs dedans. Je sais pas toi mais moi, rien que l'idée, ça me faisait contracter fort les sinus et pleurer les yeux. J'ai d'ailleurs découvert qu'au final les réactions que provoque l'idée d'une chose sont toujours redoutablement proches de celles qui découlent de la pratique de la chose en vrai. Comme quoi on est plutôt corporellement intuitifs.
J'me comprends...

L'amorce d'un changement d'idée toute faite m'est venue un jour de migraine xxl pendant que je regardais un combat de judo. Et autant te dire qu'il faut vraiment que je sois au bord du décès pour me coltiner du sport à la télé hein. Le sport c'est comme les labos de médocs, les légumes et le Front Nat', c'est le mal personnifié.
Ce jour là j'ai enfin compris pourquoi les mecs, dés qu'ils se vautrent, ils claquent leur avant bras au sol. Comme si la douleur de leur chute suffisait pas, ces cons, ils se fracassent le poignet en plus. Ben figure-toi qu'en tapant comme ça par terre, les gonzes il provoquent une vibration qui va venir contrer les autres vibrations provoquées par la dite chute et responsables de la douleur.
Tu suis ?
Pour avoir moins mal, ils se font mal.
C'est mathématique parait. Deux même forces qui s'opposent, s'annulent.

Alors là j'ai réfléchit. Je me suis redressée et je me suis demandée à moi-même quelle genre de force très dolorifique pourrait venir anéantir mon espèce d'atroce et lancinant chaos crânial.
Et par où.
J'ai pas eu à méditer des masses de temps pour comprendre que la solution, j'étais assise dessus.
Ni une ni douze, parce que y a pas à tortiller, j'ai demandé assistance à une personne de confiance toujours prête à rendre service : mon meilleur pote.
Dont je tairais ici le nom à cause qu'il est marié (mais toujours prêt à rendre service)(donc) et que soit disant ça se ferait pas quand t'es lié devant Dieu et monsieur le maire de dépasser certaines limites avec quelqu'un d'autre que ta moitié.
Mon pote, en plus d'avoir de l'humour, il est toujours prompt à te tendre la main. Et, en l’occurrence, force est de constater, la bite aussi.

Je te passe les détails. Mais je peux t'assurer d'une chose, c'est que ça marche. Et pas qu'un peu.
Ça fonctionne à chaque fois, je le sais, j'ai réitéré.
C'est mieux que l'aspirine couplé à la picole. Tête, dents, dos, moral en baisse, toux grasse ou sèche, otite... La sodomie ça te zappe la moindre douleur. C'est un genre de must-do contre les emmerdes. T'oublie tout.
Ça coûte rien, ça enrichit personne d'autre que ta gueule et même pas ça pollue.

J'ai tout de suite compris que je tenais là ma solution perso pour pas empirer la béance du trou de la sécu (je te fais grâce de mon rebondissement rigolo sur "béance" et "trou"). La seule contre-indication que je pourrais avancer, c'est qu'en dessous de 15 ans, c'est moyen conseillé. Encore que tu fais comme tu le sens hein, c'est tes gosses pas les miens...

Dés mon premier essai, le miracle a opéré. En trois phase. Oué parce que hé ho ho hé, faut y aller par étapes le sport extrême :
Au premier tiers, ton mal de caboche, il a commencé à s'atténuer.
Au deuxième tiers, je le sentais carrément plus (le mal de tête hein)(parce que justement je te rappelle : C'est mathématique parait. Deux même forces qui s'opposent, s'annulent.).
Au troisième, je me souvenais même plus comment je m'appelais.

J'étais euphorique, je racontais, en me rhabillant, à mon pote comment grâce à ça j'allais révolutionner le monde, sauver les pauvres, distribuer du bonheur gratuit.
Mais lui, ce gros blasé, il m'a dit que c'était en rien une découverte la douleur qui efface tout, le mal contre le mal, le fait que de se faire enculer à sec ça faisait oublier tous ses autres problèmes, du coup, qu'ils soient de santé ou autres, même les plus graves, jusqu'à ton prénom (surtout si il est pourrave).

Que le gouvernement, lui, il pratiquait depuis des plombes.

Et qu'il appelait ça les impôts.

11 commentaires:

  1. C'est con, hein, mais non, chéri, je n'ai JAMAIS la migraine.

    RépondreSupprimer
  2. haha anecdote amusante: au lieu de lire ni une ni douze, j'ai lu ni une ni touze...

    RépondreSupprimer
  3. Tu es totalement folle ;)
    Dans quel magazine cela t il été publié ?
    J'ai ri trop fort devant mes employés qui dorénavant prennent leur boss pour un parfait inadapté du social well being

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais lu dans Kamikaze!!! Qui hélas n'existe plus. Ce que j'avais ri déjà et je rigole encore. Je vais donc poursuivre ma lecture plus avant.

    Dan

    RépondreSupprimer
  5. ahah et pourtant relu y a pas si longtemps
    ASS Pirine pour le mal de tronche

    RépondreSupprimer
  6. Comment arrives tu à passer de l'émotion à la réflexion au comique trash avec autant d'aisance ? C'est fort.
    J'adore =)

    RépondreSupprimer
  7. Frieda > Hin hin ! Pareil (dans la réalité)

    Michel > Poète de l'inconscient que tu es :]

    Christophe et Anonyme > Ben voilà la réponse. Même si j'ai conscience du totale manque de finesse, on m'avait demandé du crétin trash hein.

    C-Mental > Jeu de moooot !

    Miss Woody > Tout pareil :]

    RépondreSupprimer
  8. Mdrrrr t'es grave toi, mais ça va c'est cool :)))

    RépondreSupprimer
  9. Mort de rire, comme souvent... Parce que c'est pas tout l'temps, cf. l'article commenté il y a une grosse quinzaine (je crois).
    J'y peux rien mais ça m'a fait penser à cette vanne de Coluche : quel est le plus long nerf du corps humain ? Le nerf optique parce que quand tu t'arraches un poil de cul, tu pleures... Amis de la poésie, bien l'bonjour !
    Et puis j'imagine la tête de ton pote : "Tu voudrais pas me casser la terrine ? C'est pour vérifier une théorie scientifico-médicale..."
    Au final, le concept c'est : fais-toi enculer, ça va te libérer une bonne dose d'endorphines !
    J'ai bon ? Dis, j'ai bon ?
    Mais où vas-tu chercher tout ça ? Et si tu m'réponds "Dans ton cul !", j'te balance ton chien à la gueule !

    RépondreSupprimer
  10. Thierry > MÊME PAS VRAI !

    Laurent > DANS TON CUL ! (j'étais obligée... ah si si si ) \o/ Des bezouxes.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.